27-07-2018 L’autoconsommation, nouveau paradigme dans le marché de l’énergie

L’autoconsommation consiste à générer sa propre énergie pour répondre à ses besoins. Une maison autonome dispose ainsi de panneaux solaires ou d’une éolienne, associés à un dispositifs de batteries pour assurer le stockage de l’énergie. On se rend compte que les constructeurs automobile investissent ce type de marché : Nissan, Honda, tesla... et que le véhicule électrique peut constituer une extension à la maison autonome via les batteries. La France ne compte que 40 000 foyers autoconsommateurs. Elle est à la traîne sur ses voisins européens : l’Italie compte 630 000 foyers , le Royaume-Uni 750 000 et l’Allemagne 1,5 million. Mais le réseau électrique français n’est pas adapté à ces petites unités de production car il est très centralisé, avec des lignes importantes partant de grosses unités de production électrique d’origine nucléaire.
Les ménages générant un surplus d’énergie propre peuvent revendre ce dernier à ceux qui en ont besoin suivant un dispositif décentralisé de type blockchain. Il est possible d’identifier l’électricité d’origine solaire ou éolienne et des consommateurs peuvent ainsi soutenir l’usage d’énergies vertes en achetant directement ces dernières auprès des producteurs. Le blockchain permet la mise en œuvre de transactions sécurisées entre individus sur l’internet, sans nécessiter qu’une tierce partie garantisse la sécurité de la transaction. Si l’on ajoute les tokens, ces actifs numériques qui servent de monnaie digitale pour les transactions opérées via la Blockchain, on se retrouve avec une véritable économie de l’énergie totalement décentralisée.

Plus de précision