22-04-2019 Véhicules autonomes : quel intérêt pour les métropoles françaises ?

Transpolis est une ville laboratoire d’une surface de 80 ha, qui a ouvert à la fin de l’année 2018 pour mener des essais grandeur nature sur les modes de transport de demain. Un parcours de minibus, de 1,5 km, qui va être mis en place dans la banlieue de Lyon, a été reproduit à l’identique sur ce site pour y être testé : traversée d’un rond-point, franchissement d’un feu tricolore et passage devant un lycée. Le site accueille aussi une trentaine de projets de développement de véhicules autonomes (VA), dont ceux de l’IFSTTAR : bus, navettes, camions de livraison ou encore automobiles légères individuelles.
En parallèle des chercheurs du Laboratoire Ville Mobilité Transport (LVMT), commun à l’IFSTTAR, l’École des Ponts et l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, travaillent sur le déploiement des VA en termes d’investissement pour l’infrastructure, de coût pour l’achat d’un VA à l’horizon 2030, d’impact sur l’environnement et sur le trafic, d’acceptabilité par les professionnels du transport et du public.

Plus de précision