Evènements et projets pendant la période 1999-2008

L’achat des bureaux rue du Ranelagh- rue de Boulainvillers a lieu avant la fin du premier semestre 1999 et après aménagement l’association s’y installe en septembre 1999. L’équipe est réduite au Directeur et à un chargé de mission. Les bureaux sont, pendant quelques mois, partagés avec une autre association, MEDIACONSTRUCT.
Le choix est fait de se concentrer sur l’axe des transports et de la mobilité devenu prédominant dans les activités d’Urba 2000, de chercher à se repositionner sur d’autres thèmes de la ville – urbanisme, habitat, politiques environnementale et à conforter son action à l’international (actions de coopérations décentralisées, ouverture vers d’autres pays…)
Concernant l’axe transports, il se décline sur les transports urbains et interurbains et, aux transports de marchandises. Les moyens humains sont renouvelés par l’intégration d’un spécialiste du dirigeable comme moyen de transport de charges lourdes. Concernant les contrats en cours en région Nord-Pas de Calais (carte stationnement à Valenciennes, Systèmes d’Informations des usagers, …), un chef de projet maintenu de l’équipe de Lille en assure la bonne exécution.

Au début du mois de février 2000, Georges MERCADAL décide de passer la main à Pierre MAYET qui lui succède comme Président d’URBA 2000.

Le positionnement d’URBA 2000, qui répond désormais à des appels d’offres de l’Etat, des collectivités locales et participe à des projets européens est spécifique.

Extrait des débats de l’Assemblée Générale d’octobre 2000 : « les idées initiales à l’origine de la création d’Urba 2000 étaient visionnaires et sont encore plus actuelles aujourd’hui au moment où les TIC connaissent un développement très important dans les domaines du management public. Dans ce contexte, les administrations centrales, les collectivités locales, du fait de leur organisation, ont encore du mal à traduire un concept en réalité opérationnelle. Pouvoir disposer du savoir-faire d’ensemblier d’Urba 2000 constitue un atout de poids lorsqu’il s’agit d’initier des démarches relativement complexes. C’est ce savoir-faire qu’il faut avant tout valoriser… Deux orientations complémentaires sont mises en œuvre. A l’orientation de départ, consistant à développer une capacité technique au service d’objectifs politiques, s’est progressivement ajoutée une capacité juridique et économique au service de la technique. »

Du fait de ces prestations de service, l’association est fiscalisée comme une entreprise.

Projets

- Le Chronotachygraphe électronique, réglementation professionnelle du transport de marchandises

Un règlement européen de septembre 1999, auquel la France était très attachée, a prévu le remplacement du chronotachygraphe mécanique qui mesure les temps de conduite et de repos des chauffeurs par un système électronique sécurisé utilisant des cartes à puce.

A partir de l’été 2000, et jusqu’en 2004, URBA 2000 a été missionnée par la Commission Européenne pour constituer et animer un groupe de travail des Etats Membres dont le but était de définir des solutions d’organisation partagées ou, tout au moins, cohérentes. Il est apparu progressivement que le déploiement de l’appareil de contrôle nécessitait la mise en réseau des services des Etats membres.

Par ailleurs le Ministère des Transports s’est appuyé sur URBA 2000, dans sa fonction d’ensemblier évoquée précédemment, pour aider les différents services de l’administration française à cerner la problématique du sujet, faire des propositions d’organisation, et définir un plan d’action. Il a été recommandé de confier la gestion du centre de délivrance des cartes à un délégataire de service public (option relativement rare pour un service national). Pour la phase de réalisation, un appel d’offres a été lancé, mais une importante société spécialisée en gestion de projets a été préférée à URBA 2000.

- Le réseau IMPACTS

Depuis sa création en 1998 (voir article ), l’association IMPACTS Europe a largement développé son activité. Chaque année, deux conférences internationales sont organisées, sur des thèmes d’intérêt commun, l’une à l’échelle européenne, l’autre à l’échelle intercontinentale – Europe- Etats-Unis -. En 2004, une nouvelle entité latino-américaine est créée à l’initiative de la Ville de Quito (Equateur). Une vingtaine de conférences ont été organisées. Des actions de communication (lettre d’information et site Internet : http://www.impacts.org) ont également été menées.

Concernant l’axe villes et transports, Urba 2000 conforte son positionnement au sein de l’association de villes IMPACTS. Les villes membres d’IMPACTS : Barcelone, Berlin, Brussels, Genève, Gothenburg, Hanovre, London, Paris, Rome et Vienne.

A la fin 2004, IMPACTS subit des transformations importantes. Les statuts sont modifiés afin de créer une Présidence tournante, de confier le secrétariat général à une ville membre, et un appel à concurrence est lancé pour confier à un consultant la gestion au quotidien de l’organisation. Il est clair que la distribution des cartes a changé et URBA 2000 renonce au secrétariat général à la fin 2005.

- La Plateforme de recherche et d’expérimentation pour le développement de l’information multimodale (PREDIM)

La PREDIM a pour vocation de susciter la mise en place de services d’information multimodale, permettant à l’usager de planifier son déplacement en fonction de l’offre de transports collectifs, des conditions de circulation, des « modes doux » possibles.

Dans le contexte actuel de l’organisation de la mobilité, très fragmenté et faisant intervenir une pluralité d’acteurs dont les intérêts ne sont pas toujours convergents, ces services peinent à se développer en France alors qu’ils commencent à se répandre dans les autres pays européens.

La plateforme est placée sous l’autorité de la Mission des Transports Intelligents du MEDAD ; elle est coordonnée par URBA 2000 dans le cadre de la mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage résultant de deux marchés successifs après appel à la concurrence couvrant une période de 2002 à 2007.

- Projets européens pour le transport de marchandises en ville

Après avoir été le thème de conférences, les livraisons de marchandises en ville sont devenues, pour un an, à partir de 2003, un sujet de recherche financé par la Commission Européenne : FREDERIC dont les partenaires sont l’industrie automobile, les sociétés de transport et de logistique – représentés par leurs associations professionnelles – et les villes d’IMPACTS – plus particulièrement Barcelone, Londres et Paris – Des trois ateliers et de la conférence organisés à Barcelone, Paris, Londres et Bruxelles, ont résulté des recommandations communes aux trois catégories de partenaires.

Ces recommandations ont servi de base à la formulation d’une nouvelle proposition, FIDEUS, sélectionnée par la Commission Européenne en 2004. Le projet consistait à développer des innovations dans trois catégories de véhicules utilitaires : un camion de 12 t, un utilitaire léger de 3,5 t et un micro véhicule pour livraison finale dans les rues piétonnes ou étroites. Il était également prévu de créer un nouveau modèle de conteneur adapté aux trois types de véhicules. Ces véhicules devaient être expérimentés dans trois villes européennes : Hanovre, Lyon et Barcelone.

Pour le compte d’IMPACTS, URBA 2000 assure les fonctions d’étude et de forum et le lien avec la communauté des villes. Ce projet, d’une durée de trois ans, s’achèvera à la fin avril 2008.

URBA 2000 est partenaire, au titre de son activité dans la PREDIM, dans deux autres projets : LINK forum sur l’information multimodale et IFM sur la normalisation européenne de la billettique sans contact et de la billettique mobile.

La gestion des fins de projets

- Transcarte : Urba 2000 a créé le concept, déposé la marque et coordonné son développement technique, piloté sa mise ne place dans les différents réseaux et géré sa maintenance. Les actifs existent et ont été reconnus mais Urba 2000 n’est pas en mesure de les valoriser. La région Nord pas de Calais a également renoncé à poursuivre son rôle d’opérateur.

- Inf-flux : Urba 2000 a été à l’origine de l’idée, mettre la capacité des systèmes de gestion de trafic au service de services de diffusion de l’information et ^profit de l’automobiliste (diffusion d’évènement, d’états du trafic et de temps de parcours par le canal RDS). le concept a été protégé par un brevet français étendu au niveau européen. Les recherches liées au brevet ont été financées par Urba 2000. A partir de 1993, la société Carte Blanche Conseil, avec l’accord d’Urba 2000, a continué à financer les recherches et a réalisé à son compte de nombreux développements directs et dérivés. Une convention a tenté de régler le partage des actifs puis s’est posé la question de la valeur d’un brevet dont l’entretien coûte et dont le rapport n’est plus appréhendable. .

La radiographie d’URBA 2000, prise au milieu de 2005, montrait la réalité suivante :
- Un savoir-faire reconnu et généralement apprécié déployé par une équipe réduite assumant des missions spécifiques de coordinateur et d’ensemblier de projets complexes se situant en marge de l’activité des prestataires habituels
- Une position fragile du fait même de la nature de ces projets qui, lorsqu’ils arrivent à maturité ou entrent en phase opérationnelle échappent à l’association
- L’intérêt d’une ouverture sur toutes les branches de la gestion territoriale, l’approche par les technologies et par la mobilité étant quelque peu réductrice par rapport aux stratégies de développement durable ;

Cette réflexion a conduit à rechercher des partenariats pérennes avec des structures dont les intérêts à long terme pourraient être complémentaires de ceux d’URBA 2000.

Des réflexions ont été menées dans cet esprit avec les Ateliers internationaux de maîtrise d’œuvre urbaine de Cergy-Pontoise et avec l’Institut d’aménagement et d’urbanisme.
Avec les Ateliers un projet de fusion entre les deux associations a été étudié en 2005, mais n’a pas abouti

Par contre une coopération entre les Ateliers et URBA 2000 a permis l’organisation d’un atelier d’aménagement de l’Aéroport d’ANFA à Casablanca, Maroc, sous maitrise d’ouvrage de l’IAURIF pour le compte de la partie marocaine.
La réalisation de ces ateliers à Casablanca, avec une participation renforcée d’experts de haut niveau, permet l’engagement d’un nouveau format des ateliers, affichant une volonté forte de coopérer avec les autorités locales dans les phases aval de mise en œuvre des orientations d’aménagement.

Les ateliers sont menés avec succès, les orientations proposées sont suivis et les experts français ayant participé aux réflexions sont impliqués dans la rédaction du cahier des charges de l’aménagement du site. Le choix du prestataire en charge de l’aménagement se porte sur un cabinet d’architecture français.

Cette expérience de conduite d’ateliers à Casablanca est une expertise qu’Urba 2000 décide de consolider dans le futur.

URBA 2000, un bureau d’études comme les autres, spécialisé dans l’assistance aux maîtres d’ouvrage publics (1999-2008)
Retour haut de page