Détail article

Le RER V, leréseau express régional pour vélos

23-10-2020

Dominique RIOU, ingénieur Transports à l’Institut Paris Région dans le Département transport & mobilité

Voici quelques chiffres clés de la région Ile de France : 12,1 millions d’habitants, 6 millions d’emplois, 12000 km2. Paris est au centre de la Région.
Le cyclisme a eu une intégration lente et progressive dans les politiques urbaines régionales. En 1976, un premier document voit le jour : « le deux-roues en ville ». Le vélo est alors pris en compte comme un véritable mode de transport mais sans acte et quasiment sans effet. En 1994, un nouveau schéma directeur régional a intégré le vélo mais l’a associé aux loisirs. En 2000, le premier Plan Régional de Mobilité (SUMP) intègre un réseau régional dédié au vélo mais sans de véritables moyens de mise en œuvre. Enfin, en 2013, un nouveau schéma directeur régional et le nouveau plan de mobilité intègrent ensemble un réseau cyclable régional. En moins de trente ans, 6000 km d’itinéraires cyclables ont été construits. Ce réseau est composé de 1854 km de pistes cyclables dédiées, 999 km de voies et 2120 km de routes dans les parcs et forêts. C’est un bon travail mais pas suffisant : 0,5 m / habitant et 0,5 km / km2. Ce n’est pas un vrai réseau et il y a beaucoup de discontinuités, beaucoup de tronçons trop courts, une qualité très variable, un manque de signalétique. La mobilité à vélo a de ce fait augmenté très lentement, pour atteindre 2% de la partie modale en 2019 (les transports en commun représentent l’essentiel).

La ville de Paris est un cas particulier : 900 km de pistes cyclables (8,6 km / km2) ; 3 fois plus de trafic en 20 ans. D’autres métropoles européennes (Copenhague, Londres, Berlin), nous montrent la voie à suivre. Ils ont mis en place un super réseau vélo à l’échelle régionale. Ces 3 métropoles font du vélo un véritable système de transport en commun.

En début d’année, avant la pandémie, une nouvelle vision du vélo en Île-de-France a enfin vu le jour : le projet RER V - le projet d’un réseau express régional pour vélos. Il est composé de 9 lignes et de 650 km d’itinéraires continus. Il est conçu pour un trafic de forte intensité (vélo comme mode de transport en commun). Il est construit par les collectivités locales et la Région. Il bénéficie d’un soutien financier régional (300 M € de fonds).
Après le confinement lié au Covid-19, 140 km de nouveaux itinéraires ont été construits en 4 mois. Beaucoup de gens ont décidé de faire du vélo et le trafic cycliste a doublé par rapport à l’année précédente. La solution est simple : elle consiste à réduire le nombre de voies de circulation automobile et à mieux protéger les voies cyclables existantes.

C’est un succès : la rue Rivoli, rue principale de Paris, a battu le record de 20 000 vélos par jour. Dans les années 70, la rue Rivoli n’était utilisée que par les voitures, en 2010 par les voitures, les bus et les vélos et maintenant seulement par les vélos et les bus. Promouvoir le cyclisme est bon pour la planète (mode de transport zéro émission), pour la ville (c’est compact, flexible, rapide), pour la santé (le cyclisme est un sport).
 
Document joint :     26.9 ko