20-11-2018 Pourquoi les startups de mobilité en libre-service sont encore très loin de tuer la voiture personnelle

Depuis 2007, les nouvelles mobilités n’ont de cesse de se développer (autopartage, vélo partagé, covoiturage). A partir de 2016, les solutions de free floating ont débarqué dans les grandes villes (Gobee bike, Mobike, Ofo). Et puis récemment les trottinettes électriques sont apparues.
Le MAAS (Mobility As A Service) est né en Finlande. Il met en avant le moyen de transport comme une commodité plutôt qu’un vecteur de liberté à l’image de la voiture.
Les nouvelles mobilités occupent l’espace public, certes moins que la voiture qui dans les grandes villes reste stationnée 95% du temps, et cela pose des problèmes. Certaines collectivités limitent le nombre d’acteurs. A Paris, les acteurs du free floating doivent signer une charte de bonne conduite.
Certaines personnes sont séduites par les nouvelles technologies et par les nouvelles mobilités. D’autres peinent à les tester, estiment qu’elles sont incertaines et se tournent naturellement vers la solution de facilité : la voiture.

Plus de précision