02-03-2018 Projets smart city expérimentés cette année à Paris

Data City, le programme d’open innovation lancé par l’accélérateur de start-up NUMA et la mairie de Paris , réunit grandes entreprises ou institutions et start-up autour de projets concrets faisant appel aux données.
La start-up GeoUniq suit de manière anonymisée les utilisateurs des transports qui ont activé la géolocalisation de leur smartphone. Elle a pour cela passé un accord avec des développeurs d’applications pour y installer son kit de développement. Ainsi en Ile-de-France, la start-up possède un échantillon de 450 000 personnes dont elle peut suivrer les déplacements, avec une précision de 5 mètres et une position mise à jour tous les 25 mètres. Ces données permettraient de développer de nouveaux services.
La Dirif utilise des boucles de comptage magnétiques installées sur les chaussées mais constate qu’elles sont de moins en moins fonctionnelles car datant du début des années 80. Les données de ’Floating car data’ fournissent la vitesse moyenne du trafic mais ne comptent pas le nombre de véhicules. La start-up Wintics fait appel aux capacités de l’intelligence artificielle pour calculer l’écart moyen entre les estimations de trafic des données GPS et le vrai trafic mesuré par les boucles de comptage, à partir de données historiques. Il s’agit donc de dresser un modèle avec une précision suffisante pour à terme, ne plus devoir utiliser les boucles magnétiques.

Plus de précision